FR    EN 
0

Your Cart is Empty

April 12, 2017


Parsemées de
super-instawomen figées dans nos glaces en plastique, on zieute l’insaisissable, de loin, mais de près. Si près, qu’on s’inflige de leur ressembler, comme si elles étaient le miroir de la réussite. Pourtant, on reconnaît lucidement que ce n’est qu’une parcelle de leur réalité. Autrement, on apprend à se tailler une place dans un monde où les hommes entretiennent depuis des lunes un rapport presque conjugal avec la performance (et ça ne doit pas être facile à supporter!). La course aux succès dirige hommes et femmes, comme si c’était le seul chemin que l'on pouvait emprunter, nous laissant presque amers envers nos forces tranquilles. Du moins, c’est un constat qui m’interpelle. Je traîne ce fardeau même dans l’eau quand je surfe. Je l’assume, j’aime performer et, si cela n’arrive pas, une tempête se forge en moi et je ne vois plus clair. Pendant que je diffuse mon énergie en silo, je deviens aveugle et j’oublie la magie de la contemplation. Celle que mon amie Isis Djebara trimbale avec elle partout où elle va, au travail, comme dans l’eau. Au-delà de sa beauté naturelle et de son statut de productrice vidéo, Isis accueille sa vulnérabilité et celles des gens qui l’entourent pour la transformer en une force. Et, c’est cette intelligence émotionnelle et créative, trop souvent dans l’ombre, que je souhaitais faire briller.


isis modifiées-3

S’assouplir et se montrer vulnérable > performer à tout coup N’est-ce pas deux termes qui résonnent de manière péjorative? Pur construit sociétal. Ne cherchez pas plus loin. Si encore aujourd’hui, ils sont associés négativement au tempérament féminin, c’est qu’ils sont mal compris et associés à une mauvaise gestion des émotions. Au contraire, lorsqu’on accueille notre vulnérabilité et que l’on s’assouplit notre manière de voir la réalité, on laisse place à l’intuition, à notre sensibilité. Ce sont des savoir-être puissants qui nous font goûter, voir, entendre, sentir, ressentir davantage, bref qui nous font vivre et grandir. Cela nous reconnecte au plaisir de la découverte, comme quand l’on était petit. N’étions-nous pas vulnérables et heureux?   Isis privilégie cet état d’esprit et se laisse bercer par l’expérimentation, sans nécessairement chercher à performer à la verticale. Elle aime toucher à plusieurs choses, les faire à sa manière et prendre le temps de les apprécier. Si nous sommes conditionnés à ne pas dépasser les lignes, Isis préfère les dépasser et ajouter de la couleur. “Je crois que c’est important de laisser une place aux différentes façons de s’exprimer, sans pour autant être toujours performant, c’est essoufflant.” Étrangement, elle est constamment entourée de gens performants et qui réussissent relativement bien. Il serait facile de se comparer mais, au contraire, ce qui l’alimente le plus dans la vie, c’est de les amener à changer de perspectives, à s’assouplir devant les éléments incontrôlables de la vie, à accepter la zone inconfortable de la vulnérabilité pour mieux progresser à l’horizontal!


ISIS.bycathbe-5566 ISIS.bycathbe-5654
À ce sujet, le surf est une bonne école de vie pour nager dans l’insaisissable. “Le surf nous met particulièrement à l’épreuve, même les plus performants deviennent vulnérables, car ce n’est jamais pareil, l’océan ne se contrôle pas. Tu ne peux pas appliquer une technique et la répéter en pensant réussir à tous les coups, tu n’as pas le choix de voir les choses autrement, de t’ouvrir à une autre dimension de ton expérience.” Isis.bycathbe-5711
Éloge à la contemplation Si le surf provoque une mise à nu inconfortable face à notre manière de gérer les défis, il ouvre également à la sagesse de l’océan. Dans cet univers aquatique, où le temps s’arrête, la surfeuse affirme se laisser bercer entre ses moments de contemplation et de proaction. Un parallèle qui reflète particulièrement le rythme de la vie. “Entre mes vagues, je contemple mon environnement. Lorsque ma vague arrive, je me laisse guider par le mouvement et me lance en me disant : fais ce que tu peux!” Attirée par de nouvelles perspectives, Isis apprécie l’angle de vue inversée, depuis l’océan. “Petite, quand j’allais à la plage, je regardais l’océan tout en face de moi et j’étais émerveillée de voir le grandiose de l’horizon. Aujourd’hui, je contemple la rive différemment et je me sens à nouveau toute petite à travers tous ces éléments.” Même si elle ne sait pas ce qui se cache sous ses pieds et qu’elle a une peur bleue des requins, Isis embrasse la frénésie du risque.

isis modifiées isis modifiées-5
Le plaisir partagé Avons-nous oublié? Sommes-nous toujours obligés de performer même dans ses loisirs? Avons-nous trop d’ego pour laisser son succès personnel de côté au lieu de flirter avec les petits plaisirs partagés? La plupart des surfeurs ne veulent pas être entourés de gens dans l’eau pour surfer le plus de vagues possibles. Pour Isis, c’est tout le contraire, plus il y a de gens, mieux c'est, plus il est agréable de partager ces moments et de s’encourager. “J’aime autant surfer une vague, qu’encourager une amie à en prendre une. J’aime observer le style de chaque surfeur, surtout les gracieuses surfeuses qui marchent sur leur longboard .” Isis aime ces journées où les vagues glissent doucement sous le soleil couchant dans un petit format qui délaisse l’esprit de compétition et laisse place au plaisir. “L’énergie dans l’eau est presque magique lorsque personne n’a d’attentes élevées. À tous les coups, vagues prises ou non, on est heureux d’avoir simplement joué dans l’eau ensemble.” Isis avoue avoir un côté enfantin lorsqu’elle s’émerveille et décrit le line-up de surf comme une cour d’école où il fait bon de lâcher son fou, de danser et avoir du plaisir. Ne dit-on pas que l’adulte créatif est l’enfant qui a survécu? Isis transpose son esprit créatif dans toutes les sphères de sa vie. Son agilité à voir le beau autour d’elle, à concevoir le monde autrement et à le partager aux esprits même les plus frigides, fait d’elle une directrice artistique indéniable. “Pour moi, la direction artistique, c’est de créer cette petite ouverture chez l’autre, lui montrer une autre manière de voir les choses”. Une vision qui dépasse largement son milieu de travail et touche à de nombreux horizons. Pas besoin de crier plus fort, pas besoin d’être meilleure que, de faire plus de ceci, moins de cela, il suffit de se laisser bercer au rythme dansant de la nature et d’accueillir nos forces tranquilles : sensibilité, vulnérabilité, créativité et ouverture d’esprit, comme des forces valables et suffisantes pour être heureuses. N’est-ce pas une philosophie de vie plus réaliste?

isis modifiées-7 Une entrevue avec Isis Djebara Collaboration spéciale

Écrite par : Catherine Bernier

Photos par : Catherine Bernier


Leave a comment


Also in The Journal

Mimi & August for the cause
Mimi & August for the cause

January 31, 2018

This year Mimi & August decided to get more involved in its community.  With your amazing help, we chose to donate to the Women for women (international) non-profit organization.
Read More
Stories : Charlotte Dussault
Stories : Charlotte Dussault

December 09, 2017

The young worker warned us about the hidden side of Instagram and how it can become heady and  question authenticity. She admits to us and herself that sometimes she does get lost in the world of pictures and appearances.

Read More
Be Mimi : Jeanne
Be Mimi : Jeanne

December 01, 2017

It’s that time of the year where you need to cosy up next to your loved ones and surround yourself with bold people with positive vibes. We met with Jeanne this month and she showed us how and why she does exactly that.
Read More
Mexico Tulum Plant